avoir un sentiment de plénitude et répondre à des questions pointues à la fois.

c'est bien ce qui m'a pris ce matin. j'étais assise dans le fauteuil de la salle de jeux. 
du bazar autour.
des multitudes de choses que je m'étais programmée.

mais moi je suis restée là, à me regarder assise, comme si j'étais dédoublée de mon corps. (ah ça serait pas mal tiens si je poussais un peu plus la réflexion jusqu'à me dédoubler pour de vrai, je n'aurai pas besoin d'essayer des régimes que je suis incapable de tenir.)

- maman maman maman... dit 22 mois en regardant par la porte.
- oui elle est partie ta maman, et puis elle va vite revenir te chercher. les papas et les mamans reviennent toujours chercher leur petit enfant !
- et si ils ne reviennent pas ? dit 40 mois ?

- oh si, ils reviennent toujours, c'est obligé. ils aiment tellement leur petit enfant les papas et les mamans qu'ils se dépêchent et quand ils ont fini leur travail ils sont pressés de vous revoir...

- pourquoi ? dit 32 mois...

non mais la chance que j'ai, c'est que 23 mois ne sait pas encore participer à nos conversations, sinon, ça durerait encore bien plus longtemps...

voilà la grande question, c'est bien joli ça d'avoir confiance en la nounou, mais si jamais ils ne revenaient pas, on fait quoi ?

et alors je me suis dit qu'l fallait que je l'écrive sur le blog ma réflexion, je l'aime bien. et puis la barbe, tant pis si je ne fais pas tout ce que j'avais prévu. Les enfants s'éclatent, ils n'ont pas besoin de mes instructions. pourtant j'ai tout préparé sur la table du séjour, j'ai mis l'argile à tremper car j'avais prévu de faire un vaisseau spatial en modelage ce matin (la faute à STARS WARS).

si ça se trouve je suis quitte à tout remballer. surtout que j'ai prévu de faire de la pâte à crêpes pour le goûter.

ce doit être le temps qui m'engourdit, peut-être une sénilité avancée ? je prends mon temps. la météo ce n'est pas ça, ah ? pourtant j'avais prévu que nous allions prendre l'air comme hier.

c'est comme ça, assistante maternelle c'est changer souvent son fusil d'épaule, et ça me va bien car j'ai la manie de changer les choses de place, vous commencez à le savoir.

ce matin j'ai déplacé la scène de jeu. résultat, les enfants sont concentrés sur la découverte d'un nouveau coin, avec de nouveaux objets, il n'y a pas de souci, ils jouent, ce que j'aurais aimé avoir une cabane comme celle-ci quand j'étais petite.

les lumières sont allumées dans la pièce obscure, le matelas qui sert de défouloir est passé dans la cabane, il nous sert tous les jours, les caisses de jouets sont à re-trier...les déguisements sont dans la pièce obscure et quand 40 mois est arrivé, il a fallu que j'allume car il ne savait plus où donner de la tête avec tous ces sabres et ces pistolets...

Commentaires