socialisation

voici un article que j'ai lu sur un site de relai ass mat, il m'a beaucoup intéressée, tout ce qui peut me faire gagner du temps est précieux pour mon travail. J'espère que vous en tirerez vous aussi de quoi avancer.
La socialisation désigne « le fait de développer des relations sociales au sein
d’un groupe social, en société » (Le Robert).
  
La socialisation constituerait donc le long processus au cours duquel l’individu construit des relations sociales avec d’autres personnes, dans différents cadres. Elle est en lien avec l’éducation qui est une préparation à l’existence, avec l’acquisition d’un capital de sécurité affective et de confiance en soi.

Elle semble désigner, la plupart du temps, une « mise en société » ou une acquisition des « bonnes habitudes sociales » (mais à chacun de définir « les bonnes habitudes »), un apprentissage de la vie en collectivité.

Le premier lieu social pour l’enfant est le milieu familial, c’est ensuite l’environnement élargi (autres membres de la famille, voisins, amis..) Il existe d’autres lieux sociaux, crèches, assistantes maternelles, par exemple dans lesquelles les enfants arrivent très tôt aujourd’hui. Le jeune enfant va donc être conduit à vivre dans différents lieux qui devraient lui permettre de tisser progressivement un système de relations où il va trouver une place, une place où « être soi parmi les autres ».

Quelle importance ont ces premières relations dans la vie du tout-petit ?
  
L’enfant se construit dans sa relation à l’autre. Plus cette relation est multiple, plus il aura d’éléments à sa disposition pour s’ouvrir. De plus, l’enfant en grandissant aura envie de faire de nouvelles découvertes.

Mais avant et pour arriver à cela, le temps d’intimité des premiers mois avec sa mère et avec son père est primordial. La famille est bien l’instance clé de la socialisation primaire. Plus ce lien est intense, plus il permettra à l’enfant de tisser des liens multiples.

Il en est de même au moment de l’accueil. Que ce soit en collectivité ou chez une assistante maternelle, la relation privilégiée avec une personne référente est nécessaire et constitutive de son développement.

C’est le modèle des « racines et des ailes » : s’enraciner dans une relation forte et privilégiée permet de trouver des ailes pour s’envoler vers les autres…

Entre 1 et 3 ans, les échanges se multiplient progressivement
L’enfant est avide de contact, c’est une période de relations et d’échanges. L’enfant peut donner sur invitation à donner, imiter des actions simples, aider à ranger ses affaires. Avec les autres enfants, les échanges peuvent devenir des tensions ou des conflits autour d’un objet ou d’un jouet. L’enfant a envie de s’approprier le plaisir de l’autre (et l’objet du plaisir).

Cela entraîne quelquefois des réactions qualifiées d’ »agressives » par les adultes (morsures…) Elles traduisent en fait la difficulté que rencontre l’enfant à entrer en relation avec l’autre. Un conflit c’est souvent le désir d’affirmation de soi, un refus de soumission au désir de l’autre, la confrontation de deux désirs, deux intérêts : on se heurte à la réalité de l’existence d’autruiLes situations conflictuelles peuvent être structurantes dans la construction des relations sociales (nos désirs sont différents, comment faire pour vivre ensemble…)

Il ne s’agit donc pas de supprimer les conflits mais de veiller à ce qu’ils ne deviennent pas violents. Dans ces situations, l’adulte constitue un repère et un partenaire privilégié (les très jeunes enfants n’ont pas encore les mots…)

Il peut y avoir possibilité d’activités communes entre enfants, même si chacun tente de
capter l’attention de l’adulte (l’autre reste souvent un gêneur). D’où l’importance du regard positif de l’adulte, du travail individualisé avec chaque enfant. Faire des choses ensemble ne peut venir que plus tard (partager, prêter, jeux de règles…)

L’apprentissage des règles sociales, de la négociation, c’est apprendre à faire un pas vers l’autre sans pour autant renoncer à exister.

Vers 3 ans l’enfant franchit une nouvelle étape
Etre soi parmi les autres, ne prend son sens que lorsque l’enfant est capable de se situer en tant que sujet, de dire « je ». C’est une période de développement du langage verbal, de la pensée symbolique, l’enfant est moins centré sur lui-même. Il devient peu à peu capable de participer à la vie au sein d’un groupe.

Les relations sociales deviennent de plus en plus importantes avec l’entrée
à l’école maternelle.
A l’école il va être confronté à un grand groupe, ce qui le pousse à s’affirmer, donc à grandir.
C’est à cette époque que commencent les premières relations privilégiées avec d’autres enfants, même si elles sont encore très fragiles. Certains auraient tendance à jouer le rôle de « leader ».

Mais les repères et les règles restent très importants pour bien se situer dans la collectivité. L’adulte doit rester attentif et rappeler la règle en cas de violence verbale ou physique et va sensibiliser au respect des autres, à l’application de règles claires et bien définies. Dans la pratique, l’adulte reste le modérateur et le guide, tout en associant l’enfant à certaines décisions et responsabilités.

En collectivité diverses pratiques sont mises en place :
· Regroupements et échanges de groupe et en même temps, repères personnalisés
(étiquettes de présence, casiers personnalisés…)
· Repères des jours de la semaine matérialisés par des couleurs différentes
· Répartition des tâches à accomplir sur la semaine
· Chercher ensemble des solutions à des problèmes…..
  
L’école va offrir un lieu de socialisation commun à tous et d’éducation en transmettant des valeurs communes (relation entre pairs, respect des règles, esprit de discipline…)
En tant que professionnel de la petite enfance, il s’agira donc d’accompagner l’enfant au cours du processus de socialisation avec :

· Une prise en charge de l’enfant adaptée à ses besoins et à son développement
· Une relation particulière à chaque enfant lui assurant la sécurité affective
· Le respect du rythme de chaque enfant.
Ce travail se fait toujours en relation avec la famille dans un climat bienveillant pour l’enfant.*
*source « Métiers Petite Enfance » juin 2008


Commentaires