l'enfant unique

Publié par nounou Pascale

Enfant unique : des enjeux d’éducation différents ?Françoise Peille  : L'enfant unique est le centre de toutes les attentions. Il a le monopole affectif de ses parents, un amour sans partage qui n'est pas détourné par la présence de frères ou de sœurs. Cette relation privilégiée développe sa confiance et son estime de soi.

Tout enfant est le prolongement de ses parents, ces derniers ont souvent envie qu'il devienne ce qu'ils n'ont pas pu être.

Seul dans sa famille, il reçoit plus d'attention et réussit mieux.

Flatté démesurément, l'enfant aura tendance à être prisonnier de son obligation de plaire.

Un enfant ne se rend pas vraiment compte qu'il est unique avant l'âge de 3 ou 4 ans.

À la maternelle, il côtoie d'autres enfants. C'est à ce moment-là qu'il va commencer à poser des questions et à réclamer – ou pas – un petit frère ou une petite sœur. 

Mais l'arrivée d'un deuxième enfant n'est pas toujours toute rose. À l'arrivée du nouveau-né, il perd son statut de privilégié et peut considérer ce dernier comme un voleur d'amour. 

Nous aurions tous aimé être l'enfant unique de nos parents. 

Les enfants uniques ont souvent une très grande avidité sociale, il est donc important de les ouvrir aux autres.

Si vous dites à votre enfant : “ Je t'aime et je ne veux pas en aimer un autre ”, cela renforce sa mégalomanie infantile. Les parents d'enfant unique doivent prendre garde à leur surinvestissement, à vouloir en faire l'enfant idéal. 

L'enfant unique n'est pas si différent des autres enfants. Entouré de ses parents, il a autant de chances d'être épanoui et heureux que les autres.



Le 22 février 2011 Françoise Peille - Propos recueillis par Lucie de Azevedo pour le magazine Picoti

Commentaires