ne touchez pas à mon ARE, j'ai plus de 50 ans moi. je suis nounou, j'ai mal partout.

ARE pour les plus de 50 ans actuelle = lien ici ou ici
Sur la base de vos 12 derniers mois civils de salaires et des primes afférentes qui précèdent cette date, Pôle emploi calcule une allocation journalière. Cette allocation journalière brute est multipliée par le nombre de jours du mois (30 ou 31, 28 ou 29 en février).
 La durée d’indemnisation est égale à la durée d’activité salariée préalable avec un maximum fixée à 36 mois. • Si à l’âge légal de départ à la retraite vous totalisez le nombre de trimestres d’assurance vieillesse requis pour bénéficier d’une retraite à taux plein, Pôle emploi cesse de vous indemniser.

en gros on avait droit à 36 mois au lieu de 24, à cause de l'âge.

et ce matin PATATRAC qu'est ce que j'entends à la radio ?

Mais...Comment donc réduire le déficit de l’Unédic alors que le nombre de chômeurs progresse? Syndicats et patronat doivent trouver la solution avant fin juin = Les trois années d'indemnité des cinquantenaires sont dans le viseur.

pile ce qui me concerne justement, j'avais échafaudé mon plan de sortie moi voyez-vous.

Trois ans d’indemnisation pour les chômeurs de plus de 50 ans, c’est une année de plus que pour les autres demandeurs d’emploi. Un privilège que le patronat souhaite réformer. Le Medef entend réserver cet avantage aux plus de 59 ans. Cette année supplémentaire coûte cher à l’assurance chômage, un milliard d’euros en 2015. Pour le patronat, il faut inciter les seniors à reprendre plus vite le chemin de l’emploi. "L’idée c’est justement de se dire qu’à 50 ans sa carrière professionnelle n’est pas terminée, et pour rebondir, on leur permet de se former sur de nouvelles compétences", explique Jean-Michel Pottier, vice-président de la CPME. source = francetvinfo.fr

Le Medef propose de reculer de 50 à 57 ans le seuil ouvrant le droit de toucher une allocation chômage jusqu'ici fixée à 36 mois, au lieu de 24 mois pour le reste des chômeurs. Selon ses arguments, l'âge d'entrée dans la filière senior ne correspondrait plus à la réalité du marché du travail. «Une personne de plus de 50 ans a moins de chances que le reste de la population d'être au chômage, mais lorsqu'elle y est, elle a plus de chances d'y rester longtemps», lit-on dans le projet patronal.

je sens que je suis en train de m'énerver là...
pas vous ?


menu du jour.

Commentaires