un vendredi 18 novembre

pour moi c'est un supplice de voir les semaines défiler à cette allure. je crois prendre plus mon temps mais du coup je fais moins de choses. pourtant je suis aussi fatiguée et j'attends mes heures de repos. (c'est que qu'on se disait avec une maman ce matin).

c'est je pense le reflet des pensées de beaucoup de gens qui travaillent intensément.

quoique...en vacances c'est encore bien pire !

--------------------------------------------------------------------

ce matin je pensais faire atelier manipulation de sable.

j'ai changé d'avis après avoir étendu ma bâche = ce sera plutôt motricité globale avec des tapis et des blocs de mousse, de petits supports pour sauter. et un cerceau suspendu, pour y balancer des ballons, où essayer de passer au travers en enjambant.ils ont adoré.


 marcher sur les tapis, ça enfonce et ça demande de maîtriser son équilibre.







  • et puis je vais débarrasser la forêt de mon plateau à manipulation, je vais garder la mousse et les accessoires naturels dans une boite pour une autre fois.



  • à la place je mettrai du sable, sur ma petite table rouge que je n'ai pas terminée de préparer...



  • et pour déjeuner ? qu'est ce que je vais proposer aujourd'hui ? du pain et 1 kiri, des courgettes, 1 t de jambon, 3 cuillers de courgette, 3 cuillers de pâtes, 1 clémentine.
  • au gouter ce sera 1 pompote, 1 yaourt s sucre.


- j'ai perdu ma fiche d'observation des enfants, pourtant je l'avais en début de semaine dans les mains. j'ai besoin de faire un énorme tri par ici. car je suis souvent dans l'urgence, pas le temps de prendre le temps et j'empile pour passer à autre chose, ensuite je ne retrouve rien ! bien sûr !

et sinon nous avons fait un peu de lecture, et aussi joué
- à bailler longtemps
- à dire chutttttt et faisant tenir longtemps la voix doucement
- et hurler comme le loup aussi

beaucoup de motricité globale donc, mais pas seulement, nous avons fait les marionnettes, ici tout le monde les fait, tandis qu'au ram tout le monde est intimidé. et nous avons chanté meunier tu dors.

entre temps il y avait le jeu libre, c'est à dire que ce sont les enfants qui décident sans moi et ils se servent de ce qui est à leur portée.

quand ce n'est pas assez à leur portée il se peut qu'ils s'arangent autrement comme Chloé qui avait envie de se laver les mains et grimpait sur le pot, ou sur un bloc de mousse pour essayer d'ouvrir la porte.

et puis quand ils n'ont pas envie de manger ils ont le droit de laisser, comme celle qui a dit "caca" devant ses courgettes, ou devant sa clémentine. chacun s'assume ici, pas de souci.

Commentaires