quand je suis convaincue de ce que je sais.


c'était la photo avant de commencer la journée.


j'aime bien MONTRER. ..

ça décoince beaucoup les méfiances. ..

ça énerve un peu les coincés...


je m'enrichis à la vue de ceux qui montrent et certainement pas quand je ne peux pas voir ce que certains s'empressent de tout garder secret.

la moindre des politesses, c'est en retour de renvoyer l'ascenseur et je l'envoie quand même à ceux qui ne veulent rien partager mais davantage tout critiquer.

je progresse. j'ai le sentiment d'avoir fait un bond en avant ce matin dans mon attitude avec les enfants.

je comptais présenter différents ateliers, m'asseoir près d'eux dans la cabane et écrire le texte que je veux vous faire lire, suite à une lecture d'un magazine professionnel.

je n'ai pas pu écrire.

parce que les enfants avaient trop besoin de moi, ou peut-être que j'avais trop envie de leur donner.

je me suis laissée faire sans broncher. j'étais tout près et vraiment attentive à leur jeux. j'ai lu des histoires quand ils m'ont tendu des livres, en PERSONNALISANT les commentaires. j'ai consolé tendrement chaque enfant quand il a eu un bobo.
j'ai laissé monter sur mes genoux tous les enfants quand ils en avaient envie et me le montraient. j'ai construit des épées et bercé des poupons. quand on me l'a demandé.

j'ai été débordée. comme dans un demi-sommeil quand j'y repense. envoûtée de ce profit de ces instants de vies. attentives au bonheur de chacun et au mien aussi. désireuse de ne pas gaspiller. je sais quelle est la valeur des efforts que je produis. je sais le cheminement qui m'a été nécessaire pour arriver jusque-là mais je ne sais pas encore quand je vais pouvoir arrêter de grimper.

je comprends que vous puissiez penser que j'ai la GROSSE TETE. ça c'est à vous de gérer vos pensées.

moi j'ai vu la petite fille que j'étais et l'éducation de mes parents, j'ai vu quand je leur ai reproché ce qu'ils ne voyaient pas comme moi.

j'ai bien connu la fille qui est devenue femme, puis celle qui est devenue mère. avec des idées déjà  très arrêtées.

j'ai essayé de donner beaucoup d'amour autour de moi, et parfois je n'ai eu que des cris de rage quand je n'allais pas dans le même sens.

et puis je suis devenue nounou un jour alors que je n'en avais moi-même jamais voulu pour mes propres filles.

j'ai mesuré l'importance pour la mère de pouvoir gagner son indépendance tout en choisissant le meilleur pour l'assister auprès des enfants pendant son travail.

je n'ai pas eu de formation pour ce métier que je ne connaissais pas, et la convention collective n'était pas encore née.

j'ai vite compris que les parents avaient une préférence pour le fonctionnement des crèches par rapport aux méthodes d'éveil, ils souhaitent tous que leur enfant soit 1er de la classe.

internet est arrivé heureusement et j'ai étudié le métier d'éducateur, le fonctionnement d'une crèche, pour copier tout ce qui me paraissait le meilleur.

j'ai entamé des formations professionnelles et j'ai parfois été déçue par la qualité de leur contenu.

je me suis rebellée contre les Conseils Généraux qui nous attendent pour nous donner le bâton mais ne nous sont d'aucun recours dans la vraie vie tous les jours.

j'ai été étonnée de réaliser à quel point mon métier m'apportait une qualité d'épanouissement dans ma vie.

je me suis fatiguée à essayer de trouver des solutions à chaque problème.

et puis un jour j'ai demandé la certification professionnelle par la VAE. depuis j'ai su que cette certification impliquait un positionnement politique puisque c'est Force Ouvrière qui l'a mise en place.

mais moi je suis un électron libre et je ne suis liée à personne d'autre que mon mari. j'ai juste trouvé que cette certification était parfaite pour ce que je recherchais. j'avais besoin d'être reconnue compétente par ma branche professionnelle. je souffrais de ce manque de reconnaissance par mon conseil général. quand on se donne du mal, on est reconnus par nos employeurs, mais il faut aussi que ceux qui nous sanctionnent valident de temps en temps.

par cette VAE j'ai fait une rétrospection sur ma vie de nounou. j'ai fait le bilan du bon et du moins bon, pour que je puisse bien repérer ce que je pouvais améliorer. j'ai suivi un plan pour mon bilan, je n'étais plus seule à la barre. j'ai rendu des comptes à un jury qui connaissait très bien tous les aléas de mon métier. ils représentaient ma branche professionnelle, employeurs et salariés.

en retour j'ai reçu un bout de papier, signe que j'étais une bonne professionnelle. fin.

en réalité ce qui m'a vraiment profité, c'était tout ce travail sur moi-même, que j'ai absolument souhaité faire seule, alors qu'un accompagnement est prévu.

Mes grandes lignes étaient fixées à jamais. mais depuis je n'ai cessé de penser et repenser. je fais des découvertes à chaque fois que je cherche.

comme je voudrais revenir 30 ans avant pour chercher toute ma vie comment je peux évoluer.

il n'y a qu'une photo car les autres sont des selfies que je vais envoyer aux parents.

Commentaires

Marie-claire a dit…
Je vous trouve admirable, votre parcours est parfait c'est votre passion qui vous porte on le voit dans votre post merci d e nous faire partager votre quotidien.
c'est gentil en tout cas Marie-Claire, merci.