toucher des objets pour muscler le dos


Early Education Program from Susan Weber on Vimeo.


Extrait du livre « Mouvements libres / activités autonomes »D’Ana TARDOS
         

De la position sur le dos à la  position sur le ventre

Rien que pour apprendre à se tourner sur le ventre, le chemin est long pour un bébé.

D’abord, il se tourne seulement sur le côté, puis il passe de plus en plus de temps dans cette nouvelle position.


Couché sur le côté, il regarde alentour, tend la main vers les jouets posés près de lui, par moment il revient sur le dos.


Plus tard, étant sur le côté, c’est au prix de grands efforts et de beaucoup de travail musculaire coordonné qu’il réussit, enfin, à se mettre sur le ventre.
En effet, il ne suffit pas de tourner le tronc, il faut aussi dégager son bras qui se trouve alors sous sa poitrine !


Pour un grand nombre de bébés, cette opération ne réussit d’abord qu’avec beaucoup de difficulté ; au début et pendant un certain temps, elle ne réussit même pas du tout.


Après s’être tourné sur le ventre, il faut parfois plusieurs semaines avant que le retournement sur le dos soit facile.


Ensuite, quand le bébé se sent déjà bien sur le ventre et s’il a suffisamment de place, il se retourne fréquemment du dos sur le ventre, du ventre sur le dos, puis il roule sans problème.


Il tient sa tête aisément et avec assurance, en s’appuyant sur son avant-bras ou sur la paume de sa main lorsqu’il regarde autour de lui ou quand il joue : il tient bien les objets et peut les lâcher, il les touche, les secoue, les retourne dans tous les sens, il les tape l’un contre l’autre.


Il se rapproche des objets éloignés, d’abord en roulant, puis au cours du troisième ou du quatrième trimestre, en rampant ou en se déplaçant à quatre pattes.

Ce sont des mouvements importants pour fortifier les muscles de son tronc, ils préparent la colonne vertébrale et les muscles qui l’entourent à l’acquisition des positions assise et debout assurées et harmonieuses.


Pour arriver à la position assise

En général, pour arriver à la position assise, les bébés utilisent deux moyens : 
  • le premier, lorsque l’enfant part de la position ventrale, il tourne son bassin sur le côté et s’accoude ; ensuite, il redresse son tronc de plus en plus haut, en s’appuyant au départ sur l’avant-bras puis sur la paume de sa main avec le bras tendu : c’est la position demi assise.
Quand il n’a plus besoin de cet appui, c’est-à-dire quand tout son poids est déjà porté par ses fesses, la position demi assise est suivie de la position assise sans appui.
  • Le deuxième moyen, lorsque le bébé se met d’abord à genoux près d’un meuble ou en s’accrochant aux barreaux qui entourent son espace de jeu, éventuellement il se met même debout ; puis de cette position à genoux ou debout, il s’abaisse pour s’asseoir.
Important, concernant la position assise :
 

Il est essentiel de ne pas interpréter le ressenti de l’enfant en fonction de notre ressenti d’adulte.
En effet, si la position assise nous semble reposante à nous, cela est différent pour un enfant qui se détendra plus facilement en étant allongé ou en changeant plusieurs fois de position.


Laissons donc de côté cette croyance qui veut qu’un enfant tienne assis le plus tôt possible et surtout, soyons attentifs à ne pas le placer d’emblée dans cette position s’il ne sait pas s’y installer de lui-même, ni « en sortir » de lui-même, quand il est fatigué.


Car, si nous sommes attentifs à l’enfant, nous pouvons repérer que bien souvent les jeunes enfants assis trop longtemps (dans une poussette par exemple) montrent que la position est inconfortable pour eux par une posture totalement affaissée, le corps penché en avant ou sur le côté, sans symétrie, sans détente
.

Commentaires