compter les amis que l'on a dans sa vie, ça commence chez nounou !

chez nounou j'apprends à devenir grand.

parfois je n'ai pas envie de voir mes copains. je leur fais les gros yeux, je me dépêche pour leur arracher les jouets des mains, je les pousse pour les faire tomber, je les tape avec ma main, je leur crache dessus et des fois je les mords.

c'est parce que j'ai moins de 3 ans, c'est normal, dans ma tête tout n'est pas encore fini d'assembler, et je réagis à mes pulsions de manière physique, je ne réalise pas la portée de mes gestes.

quand je suis tout seul chez moi, tous les jouets sont à moi.

quand j'arrive chez nounou, tout le monde a envie de mon jouet. alors je mords, je griffe pour sauver ma peau. c'est difficile de me calmer, je n'arrive pas toujours à raisonner et me dire "chacun son tour", d'abord toi et ensuite moi".

même si papa et maman me l'expliquent et ma nounou aussi, des fois j'ai trop envie de pleurer, j'en ai marre des autres enfants et aussi de nounou qui me demande d'arrêter.

mais si je vois que mon copain ne veut plus jouer avec moi, qu'il rentre dans la maison alors que moi j'ai envie de rester dehors, alors là je m'énerve encore parce que non, je veux que copain reste avec moi dehors.

du coup cette fois je pleure parce que je ne veux plus jouer tout seul !

voilà ce que j'ai appris aujourd'hui quand je suis allé chez nounou = je fais mes petites expériences qui me font grandir chaque jour un peu plus. quand les adultes m'expliquent comment je dois me conduire, j'écoute et je dis oui.

mais quand je me trouve dans ce genre de situations j'oublie tout ce que j'ai appris, je réagis spontanément. c'est difficile des fois j'en fais des cauchemars.

à force de répéter les mêmes situations, j'en viens un jour à avoir 3 ans, je suis devenu capable de réfléchir et de faire des hypothèses, de me rassurer, et j'ai de plus en plus envie de faire plaisir à mes amis = ils vont compter énormément dans ma vie !

2 commentaires:

Françoise Näser a dit…

Comme c'est vrai , et joliment dit ! Bravo

Pascale Perrillat a dit…

merci Françoise.