absents au Ram, ça ne veut pas dire que les enfants n'ont rien appris !

aujourd'hui nous fêtons l'anniversaire des 1 an de l'accueil de Théo, je lui ai choisi de quoi l'occuper avec un porte clé de voiture, 1 télécommande, 1 téléphone.

j'ai déballé mes pots de peinture, je pense que ça va être chic à utiliser.

j'ai déniché mes bébés enfouis au fin fond d'un carton dans la lingerie. car nous avons du pouponnage qui s'annonce et il faut que les papas et les mamans se fassent la main en attendant la réalité.

et puis j'ai laissé faire. ils ont fait comme ils voulaient avec le matériel qui était à portée de leurs mains. je les laisse s'inventer leurs jeux, sans aucune règle. c'est le jeu libre. l'adulte choisit un fond de jouets qui correspond à des centres d'intérêt mais pas forcément à un âge défini. car l'enfant peut retourner s'amuser au rayon bébé comme préférer imiter la vie des adultes, ou se dépenser au niveau moteur, selon l'idée qui lui trotte dans la tête. les idées qui trottent dans sa tête ne passent pas par là par hasard, elles correspondent pile à un besoin  pour se développer. il faut permettre à l'enfant de réajuster lui-même entre ses lacunes et ses acquisitions. sans le détourner par des conseils, des recommandations, et au lieu de le féliciter, il faut plutôt lui décrire ce que l'on a vu de ce qu'il vient de faire. il faut dire à voix haute ce que l'enfant a réussi, pour qu'il apprenne du vocabulaire et qu'il se le dise lui-même une prochaine fois, comme une solution possible à un problème à résoudre. en plus il faut lui montrer que l'on n'est pas indifférent à ses progrès, ou ses échecs.

hier soir j'ai lu un chouette article sur un magazine qui explique qu'il existe plusieurs théories sur le développement de l'enfant et elles ne sont pas toutes pareilles.

il faut donc que l'assistante maternelle puisse se positionner dans le projet d'accueil pour expliquer aux parents la méthode qu'elle va pratiquer pour l'éveil.

il n'y a pas de méthode sacrée, mais plusieurs courants de pensées qui tournent autour du développement de l'enfant. ça ne servirait à rien de montrer du doigt ceux qui ne pratiquent pas la notre, il faut respecter les différences, et même à notre niveau respecter que les parents ne puissent pas accéder à nos niveaux de recherches personnelles.

mais tous ceux qui se préoccupent du bien -être des enfants doivent forcément se remettre en question en se documentant perpétuellement sur ce qui se fait en dehors de ce que l'on connaît. c'est bien une évolution permanente de nos esprits. c'est ce qui fait l'intéret du métier.

le lundi nous essayons de développer le langage nous avons écouté des comptines =
- petit escargot, mon petit lapin, les petits poissons, Tom dit "y'en a chez ma maman", une souris verte, pomme d'api, les jours de la semaine, la famille doigts, il étaient 5 dans le nid, c'est la baleine, mon âne, les noms des fruits, les noms des légumes, les couleurs.

il y a eu de la motricité sur le trampoline et sur le matelas, avec les porteurs et les bolides.

il y a eu de la socialisation, c'est à dire de la dispute pour grimper sur le fauteuil, pour se placer à côté de nounou, pour se laver les mains, pour se prêter des jouets. c'est pour apprendre à gérer ces situations que c'est bénéfique de venir chez nounou. c'est stressant pour les enfants qui ne veulent pas prêter. mais avec un peu d'aide ils progressent énormément quand on leur explique qu'il faut chercher des solutions. qu'il faut respecter la règle et ne pas taper.

il y a l'éveil, et il y a l'éducation par la socialisation. il faut apprendre à savoir se dominer en cas de pulsions, ce n'est déjà pas facile à 4 chez nounou, imaginez la pression à 30 dans la classe. va y avoir du sport.

et moi j'ai pu mettre à la machine les draps car je n'avais pas fait le ménage dimanche dans la salle de jeux. mais je n'ai pas eu le temps de les sécher avant l'heure de la sieste.

Rachelle couve une maladie. elle n'a rien mangé et s'est endormie sur sa chaise. c'est bien possible que ce soit = LA GRIPPE !!!! remettez-moi un couvert ! au secours.

Commentaires