le jeu de rôle permet au tout petit de digérer les questions qui se posent en son fort intérieur.

ça y est j'étais en panne d'internet moi. (obligée de faire la sieste)...


voici ma salle de jeux ce matin, en cours d'utilisation. vous pouvez en déduire que les enfants ont encore accès à la bibliothèque, et qu'ils ne rangent pas un livre après l'avoir lu. le chien marron c'était le grand ami d' Eva ce matin. avec Chloé elles ont beaucoup promené des peluches et les bébés.


hum la bonne salade de Sandra. merci.

merci aussi à Emmanuelle qui est passée hier soir avec louis, un de ses 3 fils que j'ai eu en accueil il y a longtemps, (pour le premier n'existait même pas encore la convention collective). il rentre en 1ère cette année...ils pensent toujours à nous et par exemple nous ont apporté leur grand trampoline qu'ils n'utilisent plus. c'est vraiment chouette de leur part.

voici poupon à table. en effet j'ai sorti de vraies assiettes, de vrais bavoirs, un vrai biberon et les enfants s'en sont emparés de suite.

la poupée offerte par ma cousine demande à manger un cookie, ou de la soupe ou de la pomme, ils adorent et ils lui répondent. ils s'énervent quand elle s'arrête de parler.

voici les vieilles assiettes, je m'en servais pour la peinture et quand Théo les a vues il m'a dit "on va faire de la peinture nounou ?"


voici comment on gère la présentation des croissants et des tartelettes aux framboises. 

petite réflexion personnelle = les enfants n'ont pas joué davantage qu'avant, 1/4 d'heure. ils n'ont pas encore 3 ans. 

mais je persiste avec ma dînette car je n'ai pas fini de l'exploiter, il me reste des tas de choses à proposer, et je pense qu'avec la répétition ils vont retrouver des marques. pour le moment c'est moi qui joue le plus longtemps à la dînette en tout cas !

dans l'article de l'assmat il est précisé que les enfants ont besoin du jeu d'imitation-ou de rôle, pour prendre le pouvoir de la situation, en compensation de tous les moments qu'ils sont obligés de subir en obéissant à des règles imposées par les adultes. c'est là toute l'importance du jeu libre où l'adulte ne doit pas intervenir, pour permettre à l'enfant d'exprimer sans se sentir décortiqué tout ce que son vécu peut déclencher de bons ou de mauvais sentiments. nous devons aussi bien nous garder d'analyser et d'interpréter ce que nous voyons car nous ne possédons aucune des clés personnelles de chacun, nous ne savons pas ce qui le pousse à taper par exemple un poupon ou à en embrasser un autre. dans la tête de l'enfant se mettent en place des réactions qui le poussent à grandir, en vivant seul ses aventures, puis en se tournant vers les autres une fois qu'il a fini de faire le tour de lui-même. il faut même lui permettre de se cacher de nous quand il en a besoin.


là le livre tissu qui m'attend tous les matins, c'est le chouchou de Chloé, elle veut que je m'assoie sur le petit canapé, toujours elle me tend le livre et elle me dit que je dois lui lire car elle est un bébé.

ils ont joué aussi dehors, avec des bassines d'eau et de la lessive = ah la mousse ! quel bonheur !





Commentaires