les défauts d'éducation proviennent toujours de la compétence de l'adulte.

En quoi consiste la motricité libre ?


La motricité libre (ou motricité autonome), vient de la pédagogie d’Emmi Pikler.  Elle consiste à favoriser l’apprentissage de l’autonomie chez les enfants. c’est à dire, qu’il va apprendre par lui même à travers une exploration libre – activités autonomes- qu’il va vivre avec une sensation de plaisir mais surtout de confiance en soi. Cependant, il ne faut pas oublier de bien préparer son environnement ! Celui-ci doit être sécurisé et sûr à tous les niveaux :
– Une attitude respectueuse de l’adulte, qui ne doit pas intervenir dans les activités libres (respecter son rythme individuel de développement)
– Utiliser du mobilier et du matériel simple et ajustés au niveau de compétence et de développement de l’enfant
– Une atmosphère tranquille, en faisant attention à la sur stimulation à tous les niveaux : volume et ton de la voix, la tension corpora-émotionnelle dans les mouvements et les gestes des adultes, le niveau de bruit et des distractions sonores (musiques…)
– Un contact fréquent avec la nature : Les activités à l’air libre durant toutes les saisons de l’année fortifient la santé à un niveau global

Quels sont les bénéfices ? et les défauts ?


Il y a beaucoup de bénéfices au niveau de la santé globale de l’enfant mais aussi au niveau du développement « sain » de sa future personnalité.
Grâce à la motricité libre et les activités autonomes, l’enfant pourra :
– Établir et développer un lien d’attachement sain avec l’entourage (mère, père et l’entourage proche de l’enfant)
– Prendre conscience de soi même et de son environnement : il connaîtra son corps et sera plus conscient de ses limites,  avec pour bénéfice le développement de sa capacité d’autorégulation.
– Développer une communication efficace et coopérative avec l’environnement « humain » (avec l’adulte, avec ses égaux) et développer la confiance mutuelle.
– Développer une bonne estime de soi et une bonne capacité d’auto acceptation et d’acceptation de l’autre : « Je suis bien », « l’autre (l’objet> maman> l’adulte) est bien », « le monde est bien ».
– Se sentir compétent et être capable de prendre des décisions par soi-même en développement une bonne estime de soi « je peux »> je sais > j’aime (motivation intrinsèque) »
– Enregistrer des expériences de réussite dans sa mémoire corporelle et développer sa créativité.
Concernant les « défauts », ils proviennent toujours de la compétence de l’adulte, unique responsable d’offrir à l’enfant un environnement optimal à tous les niveaux.

Comment mettre la motricité libre en pratique à la maison?

  • En prenant conscience que l’enfant est le véritable protagoniste de ses apprentissages et qu’il n’a pas besoin de notre intervention constante, mais qu’il a besoin de notre présence attentive et consciente.
  • En respectant les initiatives des enfants quand vous le portez dans vos bras, quand vous l’habillez ou vous lui donnez à manger… 
  • Organisez le matériel qu’il explore en fonction de ses goûts et de ses intérêts.
  • Ajuster le mobilier domestique (espaces bien délimiter avec un sol stable et de qualité,  avec des coussins…  pour que l’enfant puisse explorer ses postures et ses mouvements en toute sécurité et avec plaisir.

Et pour quels enfants avec quels types de handicap cette méthode est applicable?

La motricité libre peut être réalisée pour tous les enfants.:)  Mais elle est particulière adaptée pour les enfants qui ont un « développement lent ou différent » . Pour ces enfants, les professionnels qui s’occupent d’eux adaptent toutes les conditions et l’environnement au rythme particulier du développement de l’enfant, en complétant son accompagnement avec la consultation interdisciplinaire des autres professionnels.

Tatiana Boal 

Commentaires