mettre des bâtons dans les roues de leur développement. fête de la grande lessive à LA BATHIE.

 les 4 collages de droite sont des "miens". le prénom est inscrit au dos.

voici la place du village où nous avons suspendu les dessins avec la classe de Petite Section de maternelle.je voulais vous montrer nos montagnes que j'aime à la folie.


la ficelle de droite c'est la maternelle, quelle surprise de reconnaître mon petit Théo qui me regardait avec insistance (car j'ai changé mes lunettes, ça ne m'étonne pas de lui il remarque tout). il avait un sourire béat je l'ai embrassé avec toute mon affection, quelle bonne surprise de le revoir. et puis aussi une petite fille de nos amis qui me faisait coucou avec sa main et aussi ma petite voisine qui est le portrait caché de sa maman Vanessa, qui a grandi avec mon aînée, le monde est petit ! elle m'a dit tous les prénoms de sa famille (même que son papa c'est Mathieu !)

je ne me suis pas mouillée ce matin, pâtes bolognaise à ma façon, c'est à dire du boeuf que j'ai hâché revenu ds de l'huile d'olive avec oignon et ail, des courgettes et de la tomate, sans oublier une pluie d'étoiles.

on a bien échangé au Ram entre collègues, ça fait du bien de se parler professionnellement, de vérifier si les collègues réagissent comme nous aux mêmes situations, de savoir comment elle feraient à notre place. On ne se dit pas que ce qui ne va pas, attention stop. on regarde aussi l'évolution des enfants par exemple lorsqu'ils dessinent avec des feutres on a un oeil qui évalue rapidement où en est l'enfant dans son développement, celui qui s'applique déjà et celui qui s'en moque encore un peu. et surtout on prend soin de ne juger personne.

en fait le développement d'un enfant c'est une conséquence entre son poids, et le temps qu'il a passé à s'exercer seul. souvent un enfant plus grand que l'autre va développer plus de force et de potentiel, comme si ses organes étaient matures à un moment donné.

mais il faut compter aussi avec le petit gabarit qui est mis très vite face à sa prise d'initiative. quand on décide de lui faire confiance, qu'on ne l'empêche pas de découvrir. on n'a pas toujours peur pour l'enfant.

et plus il fait de découvertes, plus il range de connaissances dans son cerveau, plus il va pouvoir les réutiliser dans d'autres circonstances. plus il va paraître le plus dégourdi.

autrement dit les jeunes parents qui veulent trop intervenir en guidant leur enfant de trop près ne font que se mettre des bâtons dans les roues. 
ça ça énerve un peu les nounous.
mais si on le dit on risque d'énerver beaucoup les parents.

c'est en résumé ce qui ressort des discussions des professionnels. on se disait ce matin que c'est bien beau ça la théorie de la bienveillance. au bout du compte on se retrouve avec des enfants qui ont le droit de ne pas vouloir ceci ou cela et on se doit d'accepter leurs différences, de ne pas les frustrer. etc.
sauf que l'on sent une nette montée de manque de respect de la jeunesse depuis que l'on a lâché la bride. les jeunes n'ont plus peur de rien à l'adolescence, ils savent que la punition sera de nature à ne pas les perturber.
moi ça me fait suer en fait de penser que l'on puisse me manquer de respect, et mes collègues ce matin pensaient pareil que moi. il serait temps de revoir nos copies à ce niveau je crois. ouvrir des débats au moins.

Commentaires