manger, c'est toute la vie !

ce matin j'avais un accueil avec une bronchite et il avait un traitement médical, pas d'indication d'éviction.

la maman m'a demandé si je le prenais quand même= oui, c'est écrit dans mon contrat que je prends les enfants malades, à la condition qu'ils aient un traitement par un médecin, et que celui-ci n'ait pas demandé l'éviction pour risque contagieux.

donc là il est bien contagieux, mais la maladie n'est pas grave. il faudrait prendre des précautions au contact de personnes fragiles, ...comme des bébés ?

le serpent tourne jusqu'à se mordre la queue. moi je flippe à chaque fois. la réalité c'est que c'est d'un mal foutu. quand ça arrange la collectivité, on nous laisse nous démerder.

mais si  ça arrange d'un autre côté la collectivité, on nous ordonne de suivre un règlement. les cas tordus, c'est réservé aux ass mat. oui oui , c'est une profession à part. il faut avoir la vocation.

de fait il faut revoir quel est le rôle que nous jouons. sommes nous capables de remplacer des parents quand leur enfant est malade, sommes nous payées pour cela.

comment faire pour limiter la propagation des épidémies, est-ce que c'est seulement possible ?

combien de jours d'incubation pour toutes les maladies, de jours de contamination possible, avant et après ?

et si le parent ne montre pas l'enfant au médecin, ou ne nous donne pas la bonne version ?

et suivant les personnes, il y a plus ou moins de facilités pour manquer son travail, autant au niveau des employeurs de nos parents, qu'au niveau de l'état d'esprit du parent aussi.

ah mais c'est pour ça qu'on ne sait pas trancher ?????

certain parent sont offusqués en lisant la convention de ne pas bénéficier de ces fameux 10 jours remboursés par leur ass mat. (car les ass mat peuvent dans leur contrat demander à être payées même avec un certificat médical d'absence.)

du coup tous les parents confient leur enfant malade. sauf ceux qui ont des moyens de faire autrement et qui peuvent faire passer le confort de bébé en premier.

moi j'avais envie d'aller au Ram aujourd'hui (zut à la fin, j'avais cuisiné tout mon repas la veille exprès)

avant de rentrer les enfants j'ai posé la question à mon animatrice, par correction. là il ne s'agit plus de 3 contaminations, mais d'une trentaine ou quarantaine, je n'ai pas compté.

elle m'a dit, que non, nous n'avons le droit de refuser un accueil que pour la bronchiolite.

moi je vous certifie que j'ai eu un cas de bronchiolite, avec hospitalisation et autorisation du pédiatre pour la collectivité. en plus la bronchiolite revient en principe de manière fréquente, donc les parents ne consultent plus au bout d'un moment, il n'y a donc même plus de certificat.

une collègue m'a dit que la scarlatine était aussi à éviction. j'ai vu que la grippe n'était pas à éviction.

bref, mon petit tousseur a passé une matinée d'enfer à la motricité globale, il était complètement décidé à participer à tout. et il l'a fait.

j'ai fait plein de photos que je passe à notre animatrice par mails. je lui laisse le plaisir de trier celles qui sont ratées, et surtout de supprimer celles des enfants qui sont interdits de photos.

à propos nous allons faire la semaine de la grande lessive fin mars, et le thème ce sera photos de nos activités vues par un enfant. chaque enfant prendra une photo comme il en a envie, même les bébés que nous allons bien sur beaucoup aider. ensuite les photos seront affichées place de la mairie.

et aujourd'hui, le grand saut pour 13 mois qui a mangé son premier repas cuisiné par sa nounou. du filet de carrelet cuit avec une noisette de beurre salé, des épinards en branche surgelés avec de la crème et du leerdammer, des pâtes semi-complètes, et 1 orange mixée.

j'étais super fière de lui donner à manger, car je prends ça comme partie intégrante de mon métier. je sais que l'on peut se soigner par notre manière de choisir nos aliments. comme se rendre malades. je suis très à l'affut de toute la nutrition des bébés et j'aime appliquer ce qui est à la pointe de la recherche.


je sais aussi que même en ayant habitué un bébé depuis longtemps à une alimentation équilibrée il va quand même montrer des refus à un moment vers 2 ans. je sais qu'il ne faut pas s'en soucier et faire confiance à l'enfant, sans lui permettre de piocher ailleurs que dans les aliments sains (sauf une orgie de temps en temps pour ne pas devenir fou).

donc je surveille les quantités de protéines (que je vais apporter de plus en plus souvent par les légumineuses, les oeufs et le poisson, plutôt que dans la viande de boeuf.)

je surveille les quantités de laitages, de sel, de sucres, je sers des légumes à volonté par contre et j'alterne les vitamines crues avec les vitamines cuites.

donc je ne vais pas attendre que l'enfant ait fini son assiette, je vais attendre qu'il n'ait plus faim. et dans sa ration il y aura le laitage et le fruit même s'il n'avait pas faim pour le salé. mais pas 2 fruits ni 2 yaourts quand il n'a rien mangé par ailleurs. seuls les légumes sont à volonté.

parfois je tente d'aider pour amorcer, mais jamais sans forcer.

il faut que les parents le sachent pour comprendre ma manière de composer les repas. le sucre j'essaie de le limiter au maximum, mais si je vois qu'un enfant n'y arrive pas, j'ajoute un peu de sucre, quitte à en mettre un tout petit peu moins la fois suivante.


le tout c'est de faire du repas un moment de bonheur pour tous. manger, c'est toute ma vie.

Commentaires