ils en ont de la chance ces petits !

Les "gens" sont en général soufflés quand ils nous croisent. c'est trop rare de voir 4 bébés à la fois. tandis que c'est notre quotidien au travail.

ça me fait du bien quand ils m'interpellent, je m'arrête et je regarde avec leurs yeux de "gens". ah oui comme ils sont beaux.

ils en ont de la chance, j'aurais aimé moi-même qu'une nounou s'occupe de moi de cette manière, tandis que je n'ai pas quitté les jupes de ma mère jusqu'à l'âge du CP, la maternelle n'existait pas alors.

j'avoue que si j'ai abusé des soins affectueux que mon entourage m'a prodigué, parfois aussi j'ai souffert d'être la dernière d'une fratrie de 3 filles, mais avec un retard de 10 ans sur ma cadette.

et alors maintenant que j'ai reproduit les gestes de ma mère sur mes 3 propres filles, je peux me permettre de prendre du recul pour faire un constat en privé =

tenant compte que les nourrices sont devenues des salariées qui respectent un protocole envers les enfants qu'elles accueillent, et que l'on entend de moins en moins d'abus en général, je trouve que l'enfant est vraiment chanceux quand il peut sortir de son cadre familial, à condition qu'il ait bien acquis assez d'amour parental pour ne pas en manquer.

quand je les vois qui jouent de manière aussi spontanée je sens qu'ils sont heureux, et je suis fière de ce que je fais pour eux.

voilà cocorico quelque chose que je peux mettre dans mon bilan et qui participe à mon épanouissement. si par hasard vous ne le saviez encore pas, je tiens à le crier sur les toits. je pense que chacun dans son cadre de travail trouve son plaisir à s'appliquer pour sa propre conscience. j'aime être suivie par un dentiste à la pointe de la technologie, ou aller manger dans un restaurant qui aura appliqué toutes les mesures pour protéger ma santé.

je veux le meilleur pour moi, et j'essaie pour maintenir le niveau de donner le meilleur de moi-même aussi. comme tout le monde, ni plus, ni moins. on ne devrait pas d'ailleurs s'en soucier, mais juste parfois s'arrêter quand des "gens"nous font des remarques positives, pour bien les apprécier. ce matin c'était le monsieur qui relève les compteurs d'eau de la commune qui est passé quand les 4 enfants attendaient pour manger, tous assis sur leurs ré-hausseurs, c'est vrai que ce n'est pas banal.

le cahier de liaison =
oh le zèbre a une patte cassée ! 24 mois lui fait un bisou sur le museau.aussitot 22 mois vient l'embrasser aussi, et ensuite 19 mois...
ma fiche pour controler les présences qui me sert en fin de mois pour les paies et pour les impots, en vert les jours où je suis LIBRE.
il a fallu que je repousse au sommet mes livres fragiles car 22 mois veut absolument les lire tout le temps...

nous avons fait une galette tous les 5. je lis la recette avec eux, et je leur fais participer, même 12 mois qui est là pour apprendre tout ce qu'il ne sait encore pas.

AC et DC, ce matin 20 et 18 mois s'étaient assis devant la porte pour regarder dehors, on se regarde énormément dans cette maison.

une énorme partie de jeux de cartons.

au menu un gratin au reblochon de tarentaise, une tuerie, avec des lardons et du bacon, de la crème et des oeufs. très léger. spécial climat neigeux. il tombe des flocons.

Commentaires