la peinture de la personnalité des bébés

peinture ce matin = chic Aurélie la maman de Théo a récupéré pour nous une immense affiche et ce que j'avais dans l'idée, c'était de faire une peinture collective au sol.

argh. en fait ça ne va pas aller parce que j'ai les petits trop petits encore, je ne vais pas pouvoir les gérer, car la peinture au sol, même quand on la pose sur une bâche, ça déborde au moins autant que le sable, mais c'est beaucoup plus difficile à nettoyer.

le pire ce serait de choper les 4 peintres avec leurs tabliers et leurs habits pleins de peinture pour les porter jusqu'à la salle de bain, sans que la nounou ne soit elle aussi bonne à passer à la douche !

du coup non, j'installe la grande feuille sur ma grande table du séjour. pas envie de bouger toutes les caisses de jouets qui sont sous le bureau de la salle de jeux pour y caser les jambes des enfants.

et comme 7 mois s'est endormi, que 31 mois n'est pas encore là , ni 9 mois, il me reste un désigné volontaire pour grimper sur son réhausseur après avoir enfilé le tablier = c'est 24 mois.

avant de commencer j'ai relu quelques lignes sur la manière de peindre avec les enfants =

pas besoin de réciter les noms des couleurs, ils découvrent ça très bien au fur et à mesure des mots que les adultes emploient pour décrire les situations.

- aujourd'hui je te donne du vert et du orange. tu vois c'est la même couleur que...

(j'ai des tas d'infos que je n'ai pas encore lues, alors je les feuillette dès que j'ai un instant de libre tout en surveillant les enfants et je les mets en pratique quand je trouve qu'elles sont censées, et s'il le faut je me laisse un peu de temps pour bien les digérer quand je suis choquée.)

moi je lui dis =
- qu'est ce que tu vas bien pouvoir peindre ? ta maison, une auto, ton papa, ta maman, le chat, nounou ?
(je vois la malice qui pétille dans son regard et je sens qu'il n'a pas du tout envie de tirer mon portrait.)
je lui tends le pinceau, et je lui montre comment il peut le rincer dans le pot d'eau. je lui donne une barquette en plastique avec de la peinture verte et je lui dessine une tête de chat à grands traits.

ensuite je le laisse gérer. je l'observe. il s'est régalé à rincer son pinceau, il a mis plus de peinture dans le pot d'eau que sur la feuille. la feuille est détrempée. ses manches aussi et l'eau passe sous le tablier.


moi je le laisse faire ses expérimentations. je me fiche pas mal de l'allure de son dessin, je vois un enfant qui s'est fait plaisir à rincer son pinceau, il était captivé par ce qu'il faisait, un jour il vendra peut-être ses tableaux à prix d'or, quand il aura terminé de chercher à comprendre comment il va procéder.

et puis c'est à 9 mois de s'y coller, je lui passe un tablier et je l'attache sur son réhausseur. je ne lui donne pas de pinceau elle va utiliser ses mains. comme je veux partager l'instant avec sa famille je prends mon appareil pour la filmer. et oui, car c'est bien du plaisir que de découvrir la sensation d'étaler la peinture avec ses mains. il faut que ça se voie. et que ça se ressente.

viendra ensuite le moment de 31 mois, alors là c'est plus affirmé comme technique. il étire son pinceau en longueur sans relever son poignet. je m'assois près de lui pour apprécier. je lui demande s'il aime peindre. il ne me répond pas, il est concentré. ce qu'elle est nulle nounou avec ses questions !

j'attends le réveil de 7 mois car lui aussi va passer à l'atelier ce matin. c'est bien comme ça, tout le matériel est sur la table du séjour. rien à portée de petites mains terribles. je crois que la matinée est porteuse de sensations.

quand les enfants veulent faire sortir ce qu'ils ont à l'intérieur d'eux, ils savent utiliser ce que l'on met à leur portée.

point nécessaire avec un bébé de donner des consignes, le plus important c'est de les faire pratiquer régulièrement diverses méthodes et sans les influencer.

c'est comme les mettre sur le sol, juste pour qu'ils murissent en cherchant comment arriver nom d'un chien à se déplacer debout. on ne peut pas le faire à leur place. ils vont peut être avoir besoin de recommencer 100 fois un même geste avant d'être assez sûrs d'eux pour passer à un autre.

moi je ne sais pas encore si je vais découper une forme dans la peinture ou si je vais livrer le devoir brut de décoffrage.

vous voyez, valoriser la production des enfants, c'est beaucoup de réflexion pour la nounou.

c'est prendre des risques de salissure et je recommande aux parents de ne pas habiller leurs enfants avec des couleurs fragiles, parce que la peinture par exemple, dégouline le long de la manche et imbibe le vetement au-dessous.

je ne veux pas être empêchée de développer les sens des bébés à cause d'un objectif de propreté. pour bien avancer il faut être libre de se salir.

Commentaires