la conférence de Michèle Forestier

je vous la recommande. c'est une personne d'une soixantaine d'année à vue de nez, qui est simple, agréable, s'exprime clairement avec des propos précis pour illustrer le développement de l'enfant jusqu'à 18 mois.

c'est une kiné qui a soigné pendant 35 ans des enfants handicapés et elle se rendait dans leur lieu de vie.

à présent elle enseigne au personnel des PMI et aussi forme les kinés qui souhaitent se spécialiser en petite enfance.

elle est convaincue que nous avons un rôle extrèmement important parce que nous nous occupons des enfants sur une longue partie de la journée. en effet lorsqu'il y a l'intervention d'un soignant pour corriger un problème de développement, il faut que les adultes qui accompagnent l'enfant entre deux rendez-vous médicaux soient formés pour ne pas aggraver le cas. connaissent les techniques pour ne pas se tromper.

elle dit que nous sommes habitués à observer les enfants et que parfois nous sommes en mesure de détecter un problème dans la posture qu'il faudrait signaler aux parents pour que la correction soit plus facile à prendre en charge médicalement.

cette approche est semblable à la motricité libre de Pikler, avec quelques petites nuances cependant, qui me paraissent justifiées.

j'ai appris des choses que je ne connaissais pas, et j'ai été confortée dans des attitudes que je pratique déjà. je me suis rendue compte que sans le savoir j'avais adapté des gestes pour mes propres filles qu'elle préconise et je l'avais fait d'instinct.

j'ai appris comment détailler le développement postural de l'enfant, et je suis capable à présent de faire face à des questions pointues. je suis rassurée sur de nombreuses réponses que je n'étais pas sure d'avoir bien captées.

nous avons des recommandations et des techniques à diffuser pour que tous les enfants aient les meilleures chances de développer la marche sans l'entrave des parents. il faut être humble aussi et admettre que parfois nous sommes mal conseillés, ou que nous avons mal fait sans le savoir, mais pas dans l'intention de nuire.

par exemple le trotteur est banni, et si je ne l'utilise plus depuis belle lurette dans mon travail, mes 3 filles ont joyeusement crapahuté dans des trotteurs plus roses les uns que les autres sans que je me sois jamais posé la question du mal qui pouvait en découdre.

dès les 2 mois de l'enfant il faut qu'il soit le plus souvent possible posé à plat sur le sol, pas dans un transat, pas dans un cosy, pas dans un doomoo, peu en portage = uniquement à plat dos.

le porteur et le chariot de marche sont bienvenus pour que l'enfant qui ne sait pas encore marcher puisse se déplacer.

un enfant qui fait du 4 pattes avec une jambe repliée est un enfant qui a été mis en position assis. il ne se développe pas en harmonie.

et dès ses 2 mois nous devons jouer avec lui au moment du change à le tourner sur le ventre, il faut qu'il muscle son cou. bien entendu pas longtemps mais plusieurs fois par jour.

lorsqu'on le soulève il y a une technique aussi pour le positionner de manière à lui montrer son retournement.

tout au long des premiers mois il doit jouer avec son corps et viser à se retourner. il faut faire attention aux têtes plates en couchant le bébé sur le côté.

il faut surveiller l'enfant qui ne sait pas relever son cou.

j'ai appris un truc incroyable, c'est que le bébé apprend à marcher sans notre aide et sans passer par la position assise. c'est nous qui voulons à tout prix qu'il se tienne assis.

pour que le bébé marche bien, il ne faut pas qu'il marche tôt, mais il faut qu'il sache utiliser seul son corps sans aller plus vite que ce qu'il est capable d'assumer seul. rien ne sert de lui apprendre quoi que ce soit, mais par contre on peut jouer avec lui avec des gestes qui l'aideront à prendre conscience de ses facultés suivant son niveau.

mettre la charrue avant les boeufs peut en fin de compte diriger vers des consultations médicales qui aboutiront à la reprise à zéro de l'apprentissage depuis le relevé du cou.

l'enfant doit bien être l'acteur principal et il ne faut rien lui imposer de ce qu'il ne sait pas faire. il ne faut pas faire n'importe quel jeu non plus, du style être content parce qu'il sait se mettre debout, campe bien ses pieds sur nos genoux et se secoue de toutes ses forces. lui faire faire ses premiers pas en le tenant par les mains cela peut amener à une demande excessive de l'enfant de répéter ces gestes qui l'empêchent surtout de progresser dans des attitudes qu'il gérerait sans notre appui. ça le rend dépendant.

il faut éviter de le placer dans des demandes excessives de portage. privilégier l'autonomie pour qu'il se muscle.

l'enfant doit découvrir seul ses compétences, et trouver comment progresser, pour attraper le jouet qui est trop loin, pour monter sur le canapé et en redescendre seul, pour monter les marches d'un escalier, qui est l'exercice le plus complet pour lui.

quand un enfant est stoppé dans son développement moteur, c'est qu'une case a été mal franchie, il ne gère pas dans son cerveau ce qu'il fait avec son corps. il y a décalage.

il ne faut jamais l'assoir, c'est lui qui va le faire quand il en sera capable, jamais le caler avec des coussins. un enfant en bonne santé ne joue jamais pendant des heures assis à la même place, il ne tient pas en place. il doit bouger.

on peut tout à fait par contre l'assoir sur nos genoux ou dans la chaise haute ou dans la poussette, parce que c'est sur un temps court. et beaucoup l'entourer de nos félicitations.

le but de notre éducation, c'est lui permettre de bouger. et c'est tout. se réjouir des progrès qu'il fait tous les jours.

pour qu'il ait la force de marcher il faut qu'il se soit musclé pendant des mois en jouant avec son corps. il faut que ses vêtements soient amples et ne risquent pas de le faire chuter quand il marche à 4 pattes, surtout pas trop serrés, et pieds nus dans la maison. avec des chaussons de cuir souple en extérieur tant qu'il ne sait pas marcher. les bottillons sont comme des brodequins pour nous. ils nous gêneraient pour marcher à 4 pattes.

il ne faut pas le placer debout contre une table basse tant qu'il ne sait s'y redresser tout seul = s'il vient à tomber à la renverse il peut se faire très mal.

nous avons tous tendance à vouloir précipiter les choses, alors que c'est nuisible à nos petits. et il y a des mentalités à changer, ça va prendre du temps.

voilà un premier jet de ce que j'ai retenu de ce soir. je dois lire tout le livre et corriger mes défauts...

2 commentaires:

aline a dit…

Comme c'est intéressant et instructif !!! en ce moment j'ai en garde un petit garçon de douze mois , il fait du quatre pattes depuis peu , et hier , il a essayé de s'agripper au fauteuil pour se relever...si j'ai bien compris , quand il se lance dans ce genre d'aventure...je dois rester vigilante (par exemple en me tenant derrière lui ) , mais ne pas l'aider..merci de prendre le temps d'écrire des articles si pleins de belles et bonnes réflexions ...bon mercredi !

severine dahl a dit…

merci de nous tenir informer bonne journee