Violences et abus sexuels

Violences et abus sexuels 




L’inceste est sans doute l’expérience humaine la plus cruelle, la plus perverse.



Définition de l’inceste 



-         du point de vue légal c’est le rapport sexuel entre parents de même sang.


-         Du point de vue psychologique, l’inceste inclut les contacts physiques avec la bouche, les seins, les parties génitales, l’anus ou autre partie du corps de l’enfant dans le but de provoquer l’excitation sexuelle de l’agresseur. Celui ci n’est pas obligatoirement un parent de sang, il peut être un parent par alliance ou remariage.


Il y a d’autres types de comportements incestueux ou il n’y a pas contact avec le corps de l’enfant comme : l’exhibitionnisme, la masturbation en présence de l’enfant, faire poser l’enfant pour des photos pornographiques, épier l’enfant quand il est nu, faire des remarques corruptrices et sexuellement explicites à l’enfant.


Tous ces comportements exigent le secret.


Ces actes incestueux avec ou sans contacts sont destructeurs sur le plan émotionnel pour l’enfant.



Depuis quelques années il y a prise de conscience devant ces abus. Il reste beaucoup d’idées reçues à évacuer, par exemple que l’inceste serait un phénomène rare qui arriverait dans des familles pauvres et que les agresseurs seraient des inadaptés sociaux.



Une « si gentille famille »


La plupart des familles incestueuses donnent une image tout à fait normale au reste du monde, elles gardent cette apparence pendant de nombreuses années, parfois pour toujours. Les parents peuvent même exercer des responsabilités au plus haut niveau sur le plan associatif ou religieux, présenter les plus hautes garanties morales.

Pourtant à l’intérieur de la famille il n’y a pas de relations franches, aimantes et pas de communication. Chaque membre de la famille souffre d’une grande solitude affective, il y a dissimulation, insatisfaction, stress et manque de respect.

Le parent agresseur cherche à l’intérieur de la famille, dans la personne de l’enfant la compensation pour le manque dont il souffre, c’est lui le responsable.


L’enfant cède soit parce qu’il y a coercition (contrainte) psychologique ou parce qu’il y a menaces de sévices corporels, d’humiliation ou d’abandon.



Pourquoi les enfants ne dénoncent pas


Les agresseurs utilisent souvent la menace pour faire taire la victime : « je te tuerai…je te battrai… personne ne te croira… j’irai en prison… ça rendra maman malade… »

D’autres agresseurs ont recours à la violence physique, la majorité des enfants abusés sont maltraités sur le plan émotionnel et physique.


L’enfant garde le silence non parce qu’il a peur de la violence, mais il craint de désunir la famille en causant des ennuis à l’un des parents, la loyauté est très puissante.


L’enfant agressé perçoit l’interdit et la honte dans le comportement de l’agresseur. Ils savent qu’ils sont violés, ils se sentent salis. Ils intériorisent la faute et ils sont persuadés que c’est entièrement leur faute. Cette pensée nourrit de forts sentiments de dégoût de soi et de honte.
L’enfant refuse de considérer que le parent est mauvais.



Ils pensent que personne ne va croire leur horrible secret, ils se sentent seuls à l’intérieur et à l’extérieur de la famille. Cette solitude les ramène vers l’agresseur le seul à leur accorder de l’attention.


Certaines filles victimes de leur père se sentent coupables d’avoir trahi leur mère et cela augmente encore leur culpabilité.



La jalousie parentale


L’inceste lie la victime à l’agresseur d’une façon intense et folle. En particulier dans le cas père/ fille, le père devient souvent obsédé par sa fille et fou de jalousie vis à vis des garçons avec qui elle sort. Il vit cela comme une trahison, un rejet, une infidélité et un abandon. Il arrive de la battre de la menacer verbalement pour lui mettre dans la tête qu’elle n’appartient qu’à un homme, à papa. Ces messages sont aussi destructeurs que l’inceste lui même car à l’âge adulte ils l’empêchent de vivre normalement l’attachement à une autre personne. Ces victimes d’inceste prennent souvent l’obsession pour de l’amour, elles ont de la peine à se convaincre qu’elles sont victimes.



Recouvrir le volcan


Beaucoup de victimes se fabriquent un écran psychologique qui repousse ces souvenirs au delà du champ de la conscience. Ils peuvent resurgir brutalement à cause de certains événements (naissance, mariage, mort) ou lors d’une thérapie. L’inconscient protège ces victimes de ces souvenirs, et il les laisse resurgir quand la personne est prête à les affronter.



Le partenaire silencieux


Beaucoup de filles victimes éprouvent plus de colère envers la mère qu’envers leur père, l’agresseur. Elles se posent la question « que savait-elle ? » Il y a :


-         Celles qui ne savent rien.


-         Le partenaire silencieux qui choisit d’ignorer les indices de l’inceste en espérant se protéger et protéger la famille.

-         la mère qui apprend que les enfants sont violés et ne fait rien : c’est la plus coupable.



Souvent ces partenaires silencieux ont été eux mêmes maltraités au cours de leur enfance. Ils souffrent d’une faible estime de soi et l’inceste leur fait revivre les affres de leur enfance.



L’héritage de l’inceste


Les adultes violentés pendant leur enfance ont hérité trois sentiments :

Celui d’être Dégoûtant, Détruit, Différent (les trois D). Les sentiments de dégoût de soi entraînent parfois les personnes dans des relations avilissantes avec exploitation et trahison ; Ils revivent ainsi le scénario familial.


La plupart ont des difficultés dans les relations amoureuses, soit l’amour physique les répugne ou alors ils sont hyperactifs sexuellement ce qui augmente encore leur dégoût d’eux mêmes.


Certains retournent contre eux mêmes la douleur et la rage, ils souffrent alors de dépression, de migraines ou prennent du poids.


D’autres cherchent la punition, ils se prostituent sabotent leur travail, deviennent des délinquants.


Paradoxalement les victimes d’inceste restent souvent attachées à leurs parents, elles ne veulent renoncer au mythe de la famille heureuse, et rechercheront toujours l’amour et l’approbation des parents.

Commentaires