le kamishibai en matières recyclées = 0 €

Le kamishibai, est à la mode.

et pourquoi pas ?

tout ce qui sert à éveiller les enfants m'intéresse. avec le kamishibai c'est une autre façon de raconter, comme les marionnettes, comme le théâtre d'ombres, le raconte-tapis.

j'en voulais un bien sur et j'avais -bien sûr- rangé les plans de construction dans mon pc. car je préfère faire les choses moi-même, j'apprends en faisant, et puis j'ai du plaisir à ce que je fais. chez moi peu de meubles neufs, tout du recyclé, j'adore bidouiller, surtout quand j'ai les idées et mon mari pour les exécuter...

là pas manqué, je l'ai réquisitionné au départ. car je n'ai pas pris la peine de sortir mes plans, j'ai fait à mon idée.

je me suis dit que j'allais partir de la dimension du papier qui servirait aux planches de lecture, pour que ce soit plus facile à gérer. mais en réalité je suis partie du seul carton robuste que j'ai trouvé à portée de bras.

il fallait lui découper 2 grandes fenêtres juste pour pouvoir y glisser quelques planches de lecture, et pouvoir lire les histoires au dos. je suis censée être cachée derrière la boite pour que les enfants soient bien accaparés par les images qui doivent être le plus simple possibles, sans trop de détails. sur ma fiche au dos, je mets l'histoire qui correspond au tableau suivant. toutes les fiches restent tjs empilées dans la boite. l'histoire tourne en boucle.

bon je n'ai pas trop figniolé vous me connaissez, moi je n'aime que le résultat et pourtant j'ai du revenir sur google pour comprendre le principe de fonctionnement. il me fallait 2 rails pour guider les planches. alors j'ai taillé dans des baguettes de bambou.

pour les planches j'ai découpé la largeur du trou + 10 cm de débord de manière à bien pouvoir tenir mes planches quand je les fais coulisser, dans le fond de cartons à fruits.

pour aller vite je les ai recouvert de nappe en papier encollées.

l'histoire je l'ai photocopiée depuis un petit livre qui raconte l'histoire de petit loup qui ne veut manger que des pâtes, mais pas les légumes. ( pas mal hein ?)

je me suis rendue compte que les images étaient trop petites par rapport au volume de ma fenêtre de lecture. alors j'ai découpé les personnages et je les ai collés en les écartant, j'ai ajouté de la peinture aquarelle. du coup j'ai imaginé coller du tissu, des matières, etc.

j'en avais un peu marre de passer mon samedi à l'ouvrage alors j'ai limité la créativité.

ce n'est que partie remise. car j'ai acheté depuis des feuilles cartonnées assez grandes pour pouvoir les fixer sur mes 10 planches de carton, recouvert de papier blanc. ainsi je vais pouvoir me construire du matériel de conteuse, pourquoi pas continuer les petites leçons de morale, ou les comptines, selon mes envies.

ce kamishibai a fonctionné dès la 1ère heure du lundi, car je l'ai utilisé pour détourner l'attention d'un des enfants qui avait du souci pour gérer sa séparation, ou plutôt s'introduire parmi les enfants arrivés en même temps que lui. et ça a fonctionné du tonnerre. j'ai posé le kamishibai sur une petite table, je me suis cachée derrière, et j'ai lu mon texte. je vais prendre la peine de rajouter des infos perso sur la manière de lire, les mimiques, les vitesses, les tons, etc. ça aide beaucoup. dans un livre de conte il n'y a pas assez de place mais ici on a tout le loisir pour broder afin de captiver. pour 0 euros, franchement, pourquoi s'en priver, 15 heures de travail en tout. pour fignoler il faudra compter davantage.






Commentaires

Faïza a dit…
Tu as bien travaillé bravo!
J'ai aussi gardé un carton pour en faire un kamishibaï.
Les vrais sont hors de prix...