lundi 27 avril, c'est pas facile l'éducation en motricité libre.

la météo nous avait annoncé un temps pourri, et moi je l'ai crue, alors qu'il fait beau et bon, nous avons déjeuné sur la terrasse.

à 9 h 15 nous sommes partis pour le Ram ou mieux encore RPAM, relai parents assistantes maternelles.

surprise, il y avait notre psychomotricienne, mon agenda est tout faux, je n'y comprends plus rien. chouette elle m'a dit qu'il va y avoir encore 1 ou 2 séances en juin car ils en ont casé 2 pendant mes congés et ça m'énerve de manquer une formation telle quelle.

tout le matériel était en place et je me dis qu'elles doivent en avoir pour un sacré moment de préparation de l'atelier avant notre arrivée, idem pour tout ranger.

nous nous sommes réunies autour d'une tasse de café pour écouter les consignes.
- prendre une chaise, se placer près des enfants et les regarder jouer. sans intervenir, ni pour leur conseiller une amélioration, une autre manière etc.

il faut les regarder intensément (surtout quand on en a 4) et essayer de voir comment il s'y prennent pour jouer, comment ils progressent, comment ils se trouvent des solutions pour se départir de leurs problèmes.

ceci nous permet de proposer la séance suivante (mais ce doit être en permanence en fait si on pratique la motricité libre) du matériel succeptible d'éveiller leur intéret, mais s'ils ne s'en servent pas comme on l'aurait espéré, il n'y a pas de souci, c'est l'enfant qui fait seul.

nous devons montrer notre présence, être à portée de vue même si nous faisons autre chose, sans être forcément scotchées à l'enfant mais il faut que les enfants sentent notre présence et que nous sommes attentives, que nous serons là en cas de besoin.

c'était paradisiaque, les enfants jouaient calmement dans l'espace, ils montaient sur de petites estrades en bois, se coiffaient avec des balayettes, se cachaient sur une cabane faite avec un voilage disposé sur une table, transbahutaient des grosses bonbonnes d'eau remplies de différents niveaux d'eau. certaines avaient des ouvertures sur un côté découpé au cutter. ils jouent avec du matériel de récupération, en bois, en carton, en plastique. des accessoires de cuisine en inox = des coupelles, des gamelles, des fouets.

ils décident de regarder à travers des cylindres comme dans des jumelles., il se disputent pour aller sur le tricycle en bois. ils règlent leurs comptes, nous avons entendu beaucoup de "non" ce matin.

et justement un des miens tapait sur les autres, mes collègues m'ont interpellée. j'ai dit"non, on ne tape pas, tu fais pleurer ton copain, c'est défendu. tu es un gentil garçon tu ne tapes pas."
personne ne m'a rien dit sur le coup.
et puis j'étais en discussion avec la psychomotricienne qui m'expliquait que lorsque 2 enfants se disputent je ne dois pas intervenir. ça je l'avais déjà lu, mais de l'entendre je me rends compte que je pratique mal.

quand 2 enfants se disputent, l'adulte doit verbaliser ce qu'il voit (car l'enfant ne sait pas mettre des mots sur ses sentiments) = je vois que tu es fâché car tu voudrais le vélo.
mais il ne faut pas intervenir =ne pas chercher à distraire forcément un des enfants pour qu'il laisse le vélo à l'autre. il faut rester observatrice et ne pas décider pour les enfants ce que l'on croirait bon pour soi.
car nous avons tous notre propre personnalité et notre manière de nous satisfaire des situations que nous réglons à notre sauce.
il faut regarder la discussion évoluer, montrer que l'on voit bien qu'il se passe quelque chose, et laisser faire. les enfants souvent trouvent seuls une solution et parfois c'est le petit qui va céder ou le grand, ou ils vont changer de jeux et devenir super potes.

- ok mais alors par exemple tout à l'heure quand j'ai vu Tartempion qui tapait son camarade je lui ai demandé d'arrêter de taper. est ce que j'ai bien fait ?
- non il ne fallait pas intervenir.

et hop j'ai perdu mon interlocutrice pile au moment où je pouvais décrocher une clé qui manquait à mon trousseau !

bon je vous écris le reste sur une autre page. revenez !

Commentaires