vendredi chevaleresque

c'est que j'avais acheté un château en carton pour intéresser mes zouailles du vendredi. et j'ai eu ma petite récompense ce matin quand une maman m'a dit combien son petit garçon aime venir jouer dans ma cabane, au point de réclamer et devenir triste quand ce n'est pas possible.

c'était un contrat qui aurait du être occasionnel, ponctuel. parce que j'avais un trou à boucher dans mon agenda, et cette maman avait pile besoin de ce trou-là, du coup nous avons convenu d'une mensualisation en cdi, mais un accord commun nous autorise à manquer si besoin, les heures sont remboursées sans discuter.

voilà où cela nous mène, finalement ce petit accord va durer une année scolaire, qui l'eût cru. pourtant l'enfant est à un développement intellectuel plus avancé que ses petits camarades, comme quoi chacun arrive à trouver son compte dans la cabane à nounou. je reconnais que j'ai eu peur de l'échec, je me disais que l'enfant allait forcément s'ennuyer chez moi, et je me suis bien trompée.

c'est vraiment passionnant notre métier, c'est de la couture sur mesure. nous devons nous adapter aux enfants et à leurs différences, tous les matins nous réajustons les costumes. il ne faut pas que les coutures soient trop serrées, ni trop lâches. cela demande de l'observation. le vendredi je veille à ce que les jeux soient dignes de l'intérêt de ce petit garçon, et d'après ce que j'ai entendu ce matin sa maman y est très sensible.

les enfants bavardent avec leurs familles et disent ce qui va ou ce qui ne va pas. du coup les parents sont en droit de nous demander des comptes puisqu'ils nous paient pour le confort de leur enfant.

ce doit être ça qui fait la réputation d'une bonne nounou.

ce matin je lisais un com d'une ass mat à qui le Ram avait reproché de proposer des accueils à ses collègues.

bien sûr que le Ram n'a pas à intervenir dans nos conversations.il ne manquerait plus que ça.

et une autre collègue qui lui répond " et que dire de nos collègues qui nous dressent des barrières par jalousie pour nous empêcher d'avoir des contrats ?"

ah oui, il y en a des drôles de mentalités dans notre beau métier. c'est sûr qu'il y a de quoi faire.

et alors moi j'ai recopié tout le patron du château en carton, pour le découper dans un panneau de bois...héhé pas folle la guêpe !

Commentaires