la feuille à la couleur de l'automne vue par Lily

 j'ai passé du vernis colle pour fixer les couleurs. maintenant que je suis arrivée à régler mes couleurs mon Sony me lâche du côté de sa batterie... je vais essayer de remettre un autre en service...


on dit que ce sont les cordonniers les plus mal chaussés. comme quand les nounous ne font pas avec leurs enfants tout ce qu'elles font avec les enfants des autres.

comme tout ce que j'avais repéré sur pinterest avant sa naissance mais que je n'ai jamais fait.

et c'est que quand l'enfant parait, c'est le temps libre qui s'amenuise !

alors comme ce week-end Lily a débarqué avec son petit sac à langer, je me suis dit qu'il fallait quand même que je lui montre la peinture. elle a bien accepté le tablier. elle est hyper calme ce week-end.

j'ai sorti une belle grande feuille canson, au diable l'avarice !

une belle brosse plate moyenne avec un gros manche et de longs poils souples.

j'ai déversé de la peinture sur la feuille, posée sur un journal (mais elle préfère sans le journal).

au début elle ne voyait pas immédiatement le sujet. je lui ai montré. et elle a rempli la feuille de peinture étalée.

comme elle avait encore de l'énergie dans son bras, je lui ai tendu le canson à peindre aussi. elle y est allée de tout son coeur, à plat pinceau, pinceau debout, de grands coups dans tous les sens. ça y est elle a compris le principe de la peinture ! je l'ai vue qui s'éclatait.

il ne faut pas que la séance soit trop longue, mais on peut en faire par exemple tous les jours si ça nous dit.

le mieux c'est quand même de faire aussi tout le reste, car il n'y a pas que la peinture pour l'éveil artistique !

le nec plus ultra, c'est de passer le plus clair de son temps à foutre la paix aux enfants. mais ça je l'ai intégré depuis peu seulement.

c'est très très difficile d'en arriver jusqu'ici, tant on se croit que pour justifier notre salaire on doit montrer des journées chargées en activités.

ce qui est fondamental pour la suite de la construction personnelle de l'enfant, c'est de lui donner simplement de quoi puiser pour jouer, c'est en jouant qu'il en apprend le plus lui-même, ça ne lui sert pas que l'adulte lui donne des réponses aux questions avant qu'il ne se les soit posées au fur et à mesure qu'elles se présentent à son cerveau.

il faut prendre sur soi et permettre à l'enfant de se tromper, de tomber et de se relever. il faut lui permettre de devenir invincible un jour, quoique sachant que l'on ne gagne pas à tous les coups. savoir perdre, accepter l'échec.

mais toujours ancrer au fond de lui que les personnes qui veillent sur lui ne le laisseront jamais tomber.

c'est terrible pour un enfant d'avoir peur d'être rejeté.


Commentaires