compte rendu de la séance 1 de psychomotricité libre au ram ce matin

c'était un formidable étalement de nombreux matériel de récup' =  des carrés découpés dans des cartons et des cercles, des bouchons qui ont été enlevés car une enfant les rongeait et plutôt que de prendre des risques inutiles notre rôle c'est repérer les dangers et y parer.

si l'on était  dans une autre configuration on aurait pu par exemple délimiter la zone de jeux avec les bouchons pour la réserver à des enfants qui ne les rongent pas.

toujours les tables de la salle des fêtes repliées et empilées de différentes sorte pour qu'elles forment des plateaux de différents niveaux, des plans inclinés, pour que les enfants exercent leur motricité d'équilibre.

et ce coin a certainement le plus de succès. avec des plateaux de toute sorte de hauteur, quand même raisonnable pour qu'un enfant de 3 ans y accède sans aide. des sortes d'étagères en bois pour y circuler comme dans un labyrinthe.

je voulais faire des photos sauf que j'ai rechargé mon téléphone ce matin sur un mauvais cable...

ce n'était pas vraiment différent des dernières fois en réalité. du matériel insolite comme des caisses de légumes en carton, des caisses en plastique pour se mettre dedans, des chemins en demi-rondins, des planchettes et des panneaux posés à plat sur le sol, des tapis de toute sorte, des grandes bonbonnes d'eau en plastique avec de l'eau à l'intérieur, des petits sabots en plastique, des véhicules en bois, des objets bizaroïdes qui viennent surement de Bourgoin Jailleux. des longues lanières que les enfants tirent en les trainant.

bref je peux vous dire que les enfants étaient très nombreux mais immédiatement nous ne les avons plus entendus tant ils étaient absorbés par la découverte. ils découvraient leur propre corps et la manière dont ils pouvaient percevoir leurs limites physiques en se frottant au sol, en étendant les bras, etc.

j'ai proposé de les laisser et de partir puisqu'ils n'avaient pas besoin de nous.

nous avions la consigne de ne pas parler entre ass mat mais d'observer les comportements des enfants. alors nous avons vu des détails puisque nous n'avions que ça à faire.

 j'ai vu Théo complètement à l'aise dans la découverte de tous les ateliers, se laisser guider au hasard de ses déplacements par des objets et il était impressionnant de voir comme il était détendu et confiant, il se débrouille vraiment comme un chef dans ses déplacements, il n'a besoin de personne, ne tombe quasiment pas et si cela lui arrive il se réceptionne sans bosse.

j'ai regardé Tom qui était radieux au point de chantonner, il venait me voir régulièrement pour me dire qu'il était content et j'ai vu comme ils se parlaient entre eux mes 4 mousquetaires, on voit comme ils ont développé une belle relation chez la nounou. c'est beau de voir les visages rayonner.

Rachelle aussi était bien à son aise, de temps en temps elle disait "Tom, viens !" et elle m'apportait des jouets, mais la consigne c'est que je ne dois pas jouer avec eux, ou de la manière la plus effacée possible, je dois me faire oublier sauf que je dois rester tout à côté. la star ce n'est pas moi hélas, ni même l'enfant, c'est leurs corps dans l'espace.

d'ailleurs la toute première chose en arrivant c'est quitter les chaussures car l'enfant doit pouvoir ressentir par ses plantes de pied son appui au sol, les semelles empêchent la progression pour bien se mouvoir.

le corps et la tête sont liés, plus l'enfant est exercé à se développer librement, plus une sphère en alimente une autre, tout marche ensemble. tant qu'une aptitude n'est pas maîtrisée, le reste est en stand-bye. il faut que les choses se déroulent dans l'ordre des besoins de chacun.on ne sait pas d'emblée quels sont les enjeux du jour.

la seconde chose, c'est respecter les heures d'arrivée et de départ prévues, on ne vient pas en milieu de séance ni on n'a le droit de repartir avant la fin.

bon, c'est vraiment bien de jouer de cette manière.

je suis restée sur ma faim. j'aime quand je me déplace repartir avec quelque chose en plus mais là je n'ai rien eu.

j'avais des questions à poser à la psychomotricienne qui m'a gentiment répondu...qu'elle ne pouvait pas me répondre parce qu'elle était là pour regarder tous les enfants mais ne pouvait pas s'engager dans une conversation. il fallait que je m'adresse à Nathalie notre animatrice.

zut alors c'est la barbe, je suis obligée de ravaler mes questions, c'est un peu vexant quand même. la matinée défile à une allure vertigineuse. après avoir fait notre séance de glissades sur une couverture au son d'une musique nous nous disons au-revoir.

j'ai rangé mes questions dans mon mouchoir. mais elles me reviennent sans arrêt. je ne sais pas où je peux trouver mes réponses ? ça me tape sur les nerfs.

Commentaires

SAM a dit…
Eh bien ça rigole pas votre ram : nous on arrive quand on peut et pour le départ pareil car suivant la sieste et l'arrivée des enfants on ne peut pas tjrs faire autrement mais peut être est ce juste pour cet atelier ? Quant à tes questions, effectivement je trouve ça bien dommage et surtout pas sympa de la part de votre motricienne : je comprends bien qu'elle doit observer mais quand même.... Au moins à la fin de la séance, prendre un tout petit peu de temps pour répondre aux questions serait bien.
Nous avons une soirée sur la motricité libre fin mars et si ça intéresse du monde, nous aurons aussi des ateliers je verrai donc comment ce sera.
Bises
la psychomotricienne ne veut pas que l'on fasse autre chose qu'observer les enfants. elle n'a peut etre pas tort car quand je me mets à discuter...